géographie - muniga

Sommaire

Pour recevoir notre Newsletter

La classe

inclusive

 

Jacques MUNIGA
Docteur en Géographie, aménagement et urbanisme
Docteur de 3e cycle en géographie et aménagement
D.E.S.S. en droit de l'urbanisme
D.E.S.S. en Aménagement rural
Diplômé ICH - Arts et Métiers Paris
Auteur et co-Auteur de manuels scolaires 
(chez MAGNARD, NATHAN, HACHETTE, LE LIVRE SCOLAIRE)
Jacques MUNIGA
Docteur en Géographie, aménagement et urbanisme
Docteur de 3e cycle en géographie et aménagement
D.E.S.S. en droit de l'urbanisme
D.E.S.S. en Aménagement rural
Diplômé ICH - Arts et Métiers Paris
Auteur et co-Auteur de manuels scolaires 
(chez MAGNARD, NATHAN, HACHETTE, LE LIVRE SCOLAIRE)

 

Jacques MUNIGA
Docteur en Géographie, aménagement et urbanisme
Docteur de 3e cycle en géographie et aménagement
D.E.S.S. en droit de l'urbanisme
D.E.S.S. en Aménagement rural
Diplômé ICH - Arts et Métiers Paris
Auteur et co-Auteur de manuels scolaires 
(chez MAGNARD, NATHAN, HACHETTE, LE LIVRE SCOLAIRE)

Jacques MUNIGA

Docteur en Géographie, aménagement et urbanisme

Docteur de 3e cycle en géographie et aménagement

D.E.S.S. en droit de l'urbanisme

D.E.S.S. en Aménagement rural

Diplômé ICH - Arts et Métiers Paris

Auteur et co-Auteur de manuels scolaires

(chez MAGNARD, NATHAN, HACHETTE, LE LIVRE SCOLAIRE)

MASSILIA

Géographie-Muniga

Association loi 1901

La classe inclusive

La géographie et plus précisément son enseignement développé dans ce site (croquis et schémas de géographie), peuvent-ils être des vecteurs de la réussite de la classe inclusive ? 

1) Qu'est-ce que la classe inclusive ?

En général on parle davantage d'école inclusive.

 

Une définition proposée serait : " Une école inclusive, c'est … L'école et son environnement qui se mettent au service de l'enfant à besoins éducatifs particuliers. C'est le lieu où chaque enfant est pris en compte (porteur de handicap ou non), tant sur le plan matériel qu'éducatif ". *1

 

La vision du ministère de l'éducation nationale reproduite sur son site officiel est :

" L'école est une chance et un droit auxquels tous les enfants peuvent prétendre. La loi pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées du 11 février 2005 avait affirmé le droit pour chacun à une scolarisation en milieu ordinaire au plus près de son domicile, à un parcours scolaire continu et adapté.


À la rentrée scolaire 2015, 278 978 élèves en situation de handicap sont scolarisés en milieu ordinaire - un chiffre qui a plus que doublé depuis 2006. À l’université, il est passé de 8 000 en 2005 à plus de 20 000 en 2015.


Pour aller plus loin et améliorer encore les conditions d'accès à l'enseignement des élèves en situation de handicap, la loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’École de la République, du 8 juillet 2013, consacre pour la première fois le principe d’inclusion scolaire. Elle comporte des dispositions concernant la formation des enseignants, la coopération entre l’éducation nationale et les établissements et services médico-sociaux et la formation aux outils numériques des élèves accueillis au sein des établissements et services médico-sociaux. " *2

 

Mais la réalité transparaît au travers de ce récent article du Journal Le Monde daté du  11 février 2019 dans lequel on peut lire :

" Mais on parle moins du désarroi des enseignants, mis au défi de faire vivre cette « école inclusive » élevée au rang de principe depuis la loi de 2005. « Il est compliqué de dire : “Je n’y arrive pas avec untel”, sans prendre le risque de passer pour le vilain enseignant qui ne veut pas jouer le jeu de l’inclusion », résume une enseignante d’histoire-géographie de l’académie de Nice. Tout comme les autres professeurs ayant accepté de témoigner, elle préfère garder l’anonymat. Comme eux, aussi, elle confie ne pas s’être toujours sentie à la hauteur quand on lui « balance » dans sa classe « du jour au lendemain » un adolescent, « sans dire pourquoi il est là, ni comment on peut l’aider »." *3


2) Des paroles aux actes....

A la rentrée scolaire 2007/2008, alors que l'encre de la loi de 2005 venait à peine de sécher, j'ai reçu dans une de mes classes de seconde une jeune fille, Lydia.

 

Lydia avait perdu la vue à l'âge de 14 ans.

Elle était scolarisée avec mes autres élèves et était alors, la seule élève présentant un handicap dans le lycée.

Elle était assistée d'une personne au statut d'AVS (Auxiliaires de Vie Scolaire) laquelle était en contact avec une équipe de spécialistes.

Il n'en demeure pas moins que, comme le souligne l'article du monde ci-dessus, en tant qu'enseignant, j'étais "livré à moi-même" comme les autres collègues d'ailleurs.

 

Ni formation, ni accompagnement...

 

En revanche, il faut souligner d'emblée que la classe dans laquelle était scolarisée Lydia, était particulièrement "agréable". Ses camarades la prenait en charge lorsque l'AVS était absente. Il faut préciser que l'emploi du temps des AVS et celui des élèves ne correspond pas forcément (!).

 

C'est dans ce climat très serein, que j'ai été amené à conduire de nombreuses innovations dans ma manière d'enseigner afin que Lydia et les autres élèves "avancent" ensemble. C'était, je crois, la classe inclusive...

Les résultats ont été saisissants. Tant et si bien que l'équipe de spécialistes m'a rendu visite.

Avec eux, nous avions poussé une expérience un peu plus loin. Nous avions décidé de l'appliquer, dans sa forme aboutie, à la cartographie électorale (cours d'éducation civique qui souvent à changer de nom).

 

J'avais, pour tous mes élèves, produit des logiciels de cartographie (identiques à ceux sur ce site).

La particularité c'est que ces logiciels de cartographie statistiques ne concernaient ni un pays, ni même une région, mais certains arrondissements de Marseille.

Pourquoi ?

Parce que nous étions en pleine campagne électorale pour les municipales et que je souhaitais faire un parallèle avec le cours d'histoire, la démocratie à Athènes. Je voulais montrer aux élèves que le découpage spatial dans le cadre des élections n'était pas un simple hasard mais qu'à travers lui on pouvait "orienter" les résultats.

 

L'équipe de spécialistes, de leur côté, ont confectionné des cartes schématiques identiques à celles de mes logiciels avec pour consignes : respecter mon tracé et faire ressortir les variations de couleurs (résultats statistiques) avec des bouts de tissus différents, du plus rugueux au plus doux. Ainsi, un bureau de vote avec un fort taux sera en rouge sur la cartographie de mon logiciel et représenté par un tissu très rugueux pour Lydia. Et, à l'inverse, un bureau de vote avec un très faible taux sera en jaune pâle sur mon logiciel et représenté par de la soie pour Lydia

 

Le résultat a été époustouflant....

Comme le traduit cette vidéo, imparfaite (avec des outils gratuits de 2008....)

 


 

 


Les "puristes" de la géographie verront que je me suis permis quelques libertés...

Quelques modifications ont toutefois été apportées.

 

Tout d'abord l'exercice ne représente que le 1er arrondissement de Marseille alors que l'élection municipale s'étend chaque sur deux arrondissements le 1er et le 7e tous deux autour du célèbre Vieux-Port.

Ensuite, la représentation de cet arrondissement n'est pas très « géographique".

En effet, contrairement à l'usage, la carte n'est pas orientée au nord. Mais elle suit un usage marseillais qui veut que le Vieux Port soit situé sur les cartes en bas...

 

Il s’agissait ici, de permettre à Lydia, non seulement de réaliser l’exercice comme les autres élèves, mais de lui donner les outils pour comprendre son environnement.

Oui, à Marseille, les plans sont ainsi représentés en dépit de toute logique géographique. Allez savoir pourquoi ?

Hormis ces petites adaptations, l'exercice et les difficultés pour le résoudre étaient identiques pour Lydia et les autres élèves de la classe.

 

De cette expérience, je conserve le plus beau souvenir. Merci à l'équipe de spécialistes pour leur précieux concours et à Lydia pour ses efforts intarissables, sa volonté sans faille.

 

L'exercice complet avec les logiciels peut être consulté sur l'ancien site ici :

https://geographie-muniga.org/GEO_ELECTORALE_Acceuil.html

Jacques Muniga, docteur en géographie